Actualités de nos réseaux

icône RSS

Les actualités présentées ici, sont un relais du site Réseau Polytech.

icône RSS

Les actualités présentées ici, sont un relais du site de la CTI.

La CTI a publié la liste de ses membres pour la période 2018-2020, relevant du collège académique et du collège socio-économique. Certains de ses membres ont été renouvelés.

En séance plénière du 10 juillet 2018, les membres de la CTI ont élu la nouvelle présidence de la CTI pour un mandat de deux ans (consulter le communiqué de presse). Elisabeth Crépon a consacré l’essentiel de sa carrière professionnelle à la formation et aux écoles d’ingénieurs. Aujourd’hui nouvellement présidente de la CTI, elle oriente ses ambitions en quatre axes : le positionnement de la CTI, ses moyens et son organisation, le travail partenarial, et les évolutions du métier d’ingénieur. Découvrez en interview les grands enjeux de la nouvelle présidence 2018-2020.

Le numérique fait partie des champs d’action prioritaires sur lesquels vous souhaiteriez avancer pendant votre mandat. Pourriez-vous nous en dire plus ?

L’enjeu prioritaire dont doit se saisir la CTI est le numérique. Celui-ci transforme l’ensemble des métiers et des outils, et propose une nouvelle approche de l’ingénierie dès les phases de conception.

Récemment, le rapport Villani sur l’Intelligence Artificielle (IA) a été remis au gouvernement.

L’ensemble de l’écosystème de l’ingénieur est en mutation : l’ingénieur de demain devra pouvoir répondre aux besoins des entreprises qui relèvent du numérique ou encore de l’IA. Ce sont des compétences transverses qui seront essentielles.

De quelle manière la CTI va se saisir des enjeux du numérique ?

De nombreux groupements d’acteurs se réunissent déjà autour de ces enjeux. Je souhaiterais qu’ils puissent intervenir dans un futur proche devant la CTI pour partager leurs expériences, leurs stratégies, et leurs visions de l’avenir.

J’aimerais que la CTI réfléchisse à l’adaptation des formations d’ingénieur à cet enjeu majeur, duquel découlent bien évidemment des questions d’ordre technique mais aussi éthique.

Par ailleurs le numérique va devoir être un élément important du référentiel de la CTI (R&O), ainsi que des cursus prévus par les écoles d’ingénieurs.

Ce n’est bien évidemment pas un sujet nouveau pour la CTI, mais ce sera la première fois qu’elle s’en saisira de façon prioritaire.

Comment envisagez-vous l’écosystème partenarial de la CTI ?

Il est essentiel que la CTI mobilise largement les experts afin de contribuer à ses travaux et ses évolutions. Je souhaiterais approfondir les pratiques déjà en place, et pour cela nous avons d’ores-et-déjà lancé un appel à candidatures et intérêt.

De manière générale, le travail étroit sera renforcé avec toutes les parties-prenantes de la CTI, dont le Ministère et le Hcéres.

La mise en place des audits coordonnés Hcéres-CTI était une décision stratégique et symbolique qui avait été initiée sous la présidence de Laurent Mahieu, dont le processus se verra accéléré.

Quelles sont les ambitions de la CTI sur le plan européen et international ?

La CTI continuera à mener des actions communes, telles que la co-organisation en mai 2018 du colloque sur le processus du Bologne avec la CDEFI, ou encore la publication de la contribution commune sur l’évolution du processus de Bologne.

Par ailleurs, la CTI maintiendra une présence forte au sein des instances européennes et internationales telles que l’ENQA et ENAEE.

Cette présence a permis à la CTI d’être considérée comme un partenaire par plusieurs gouvernements étrangers qui souhaitent développer leur agence d’accréditation.

Elle est sollicitée par un nombre croissant d’établissements étrangers pour l’admission par l’État de leur diplôme, ou pour l’attribution du label EUR-ACE.

Dans quelle direction le référentiel mis en place par la CTI (R&O) va évoluer ? 

La nouvelle version du référentiel sera validée d’ici la fin de l’année 2018.

Lors des prochaines évolutions, et lorsque nous aurons pu travailler plus précisément sur ces aspects, les enjeux du numérique y seront intégrés, mais aussi probablement des ajustements liés à la réforme de l’apprentissage en cours.

Vous avez été vice-présidente de la CDEFI depuis 2015. Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux directeurs d’école ?

Je souhaiterais que les directeurs d’école s’investissent toujours plus au sein de leur communauté, afin de faire évoluer ensemble la formation d’ingénieur.

Il y a un véritable modèle de la formation d’ingénieur « à la française » qu’il nous faut continuer à promouvoir et valoriser à l’international.

ELISABETH CRÉPON

est directrice de l’ENSTA ParisTech depuis 2012 et vice-présidente de la CDEFI depuis 2015. Auparavant, elle était directrice des relations extérieures de l’École polytechnique de 2003 à 2012 ; directrice de la formation et de la recherche de l’ENSTA ParisTech de 1997 à 2002 ; en charge des études amont dans le domaine des matériaux énergétiques au sein de la Direction Générale de l’Armement (DGA) de 1995 à 1997 ; en activité à Seaflower Associates (Boston, USA) (cabinet spécialisé dans le business development pour les entreprises innovantes) de 1994 à 1995 ; après avoir débuté sa carrière comme chargée de mission dans le domaine des biotechnologies à la direction de la recherche et de la mission dans le domaine des biotechnologies à la direction de la recherche et de la technologie de la DGA.

Élisabeth Crépon est diplômée de l’École polytechnique (X83), ingénieur de l’armement, docteur en chimie organique (Université Paris Sud).

Afin d’éviter les conflits d’intérêt et de se rendre plus disponible pour sa nouvelle mission de présidente de la CTI, Elisabeth CRÉPON compte démissionner de son mandat de vice-présidente de la CDEFI.

LA COMMISSION A DONNÉ LES AVIS ET PRIS LES DÉCISIONS CI-JOINTES.

La Commission a donné les avis et pris les décisions ci-jointes.

 

La CTI publie ce 20 juillet 2018 les données certifiées 2018 recueillies auprès des écoles françaises habilitées à délivrer des diplômes d’ingénieur.

Ces données sont disponibles école par école, année par année, via l’outil de recherche de l’espace Accréditation du site web de la CTI (https://www.cti-commission.fr/accreditation).

Pour quelques écoles dont les fiches 2018 n’apparaissent pas encore, le travail est en cours et la publication se fera dès que possible.

Les écoles qui remarquent des erreurs de saisie dans leurs données sur cette campagne, ou les précédentes, sont invitées à prendre contact avec le pôle qualité de la CTI (*protected email*) en précisant bien l’année de la fiche, ainsi que les lignes et items concernés, et la nature de la correction à apporter.

Pour rappel sur ces données :

  • Toutes les écoles d’ingénieurs habilitées doivent saisir annuellement les données qui les caractérisent, sur un formulaire proposé par le groupe Qualité de la CTI, en concertation avec ses partenaires (CDEFI, CGE, BNEI…).
  • Ces données sont un élément majeur des processus d’accréditation.
  • Ces données sont certifiées sincères par la direction de chaque école. Elles ne sont pas certifiées par la CTI.
  • La CTI ne classe pas les écoles, ces données ne sont pas destinées à produire des classements, quels qu’ils soient, mais à informer les intéressés. En conséquence, la CTI ne cautionne aucun classement qui pourrait être fait sur la base de ces données.
  • Il est fortement recommandé aux élèves de placer leur projet professionnel personnel au premier rang de leurs critères lors du choix d’une école et d’une spécialité.

 Elisabeth Crépon

Elisabeth Crépon, nouvelle présidente de la CTI

La Commission des titres d’ingénieur renouvelle une partie de ses membres tous les deux ans.

La nouvelle Commission constituée pour la période de 2018 à 2020 a pu se réunir pour la première fois en séance plénière le 10 juillet 2018.

Laurent MAHIEU, président de la CTI de 2014 à 2018, étant arrivé en fin de son mandat de membre de la CTI ; des deux vice-présidents sortants, Anne-Marie JOLLY n’ayant pas souhaité renouveler son mandat à la vice-présidence ; la Commission se devait d’élire un nouveau président et deux vice-présidents parmi ses membres.

En séance plénière du 10 juillet 2018, les membres de la CTI ont élu la nouvelle équipe de présidence de la CTI pour un mandat de deux ans comme suit :

  • Elisabeth CRÉPON*, membre du Collège académique, présidente
  • Elisabeth LAVIGNE**, membre du Collège socio-économique (associations et organisations professionnelles d’ingénieurs), vice-présidente
  • Jean-Marc THÉRET***, membre du Collège socio-économique (organisations d’employeurs), vice-président

La nouvelle présidente de la CTI fraîchement élue a déclaré son fort engagement à inscrire son action dans la continuité du mandat de Laurent Mahieu au service de la qualité et de l’amélioration continue des formations d’ingénieur.

Lors de sa profession de foi, elle a notamment insisté sur le rôle important à jouer par la CTI dans le paysage de l’enseignement supérieur français en pleine mutation avec la construction des regroupements sur les sites, la nouvelle loi orientation et réussite des étudiants, la réforme de la formation professionnelle.

Elle a souligné l’importance d’analyser les évolutions du métier d’ingénieur et d’évaluer l’impact de ces dernières sur la formation d’ingénieur et la nécessaire évolution permanente du référentiel de la CTI, Références et Orientations (R&O). Parmi les enjeux majeurs dont la CTI doit se préoccuper, elle a cité le numérique et le digital, la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage, l’inscription de l’action de la CTI dans l’Espace Européen de l’Enseignement Supérieur et dans le monde.

L’évolution et la consolidation des missions de la CTI passera par une réflexion sur la stratégie globale à privilégier, les objectifs qui en découlent et les moyens à mobiliser pour y parvenir.

Elle entend travailler en étroite coopération avec les parties prenantes et l’environnement de la CTI, le ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation ainsi que les autres ministères de tutelle, le Hcéres avec lequel un important travail de coordination a été initié mais également les conférences (CDEFI, CGE), le BNEI, l’IESF, les agences, associations et ordres professionnels internationaux…

Pour conclure, elle a fait appel à l’ensemble des membres pour s’impliquer dans les travaux des différents groupes de travail et comités de pilotage stratégique de la Commission, sollicitation qu’elle souhaite étendre aux experts de la CTI afin de les associer à l’avenir plus étroitement aux travaux de la CTI.

*Elisabeth CRÉPON

est directrice de l’ENSTA ParisTech depuis 2012 et vice-présidente de la CDEFI depuis 2015. Auparavant, elle était directrice des relations extérieures de l’École polytechnique de 2003 à 2012 ; directrice de la formation et de la recherche de l’ENSTA ParisTech de 1997 à 2002 ; en charge des études amont dans le domaine des matériaux énergétiques au sein de la Direction Générale de l’Armement (DGA) de 1995 à 1997 ; en activité à Seaflower Associates (Boston, USA) (cabinet spécialisé dans le business development pour les entreprises innovantes) de 1994 à 1995 ; après avoir débuté sa carrière comme chargée de mission dans le domaine des biotechnologies à la direction de la recherche et de la mission dans le domaine des biotechnologies à la direction de la recherche et de la technologie de la DGA.

Élisabeth Crépon est diplômée de l’École polytechnique (X83), ingénieur de l’armement, docteur en chimie organique (Université Paris Sud).

Afin d’éviter les conflits d’intérêt et de se rendre plus disponible pour sa nouvelle mission de présidente de la CTI, Elisabeth CRÉPON compte démissionner de son mandat de vice-présidente de la CDEFI.

**Elisabeth LAVIGNE

a rejoint la CTI en 2014 sur proposition de la CFE-CGC, organisation syndicale de salariés, représentative des ingénieurs. De formation ingénieur généraliste (ECL 1978), elle a réalisé la plus grande partie de sa carrière dans l’aéronautique (depuis 1981 chez Airbus Toulouse), successivement dans des postes de production, puis de bureau d’études, puis de recherche (essentiellement en management de grands projets collaboratifs de recherche).

*** Jean-Marc THÉRET

est membre de la CTI depuis 2012 sur proposition de la CPME. Ingénieur diplômé et docteur en matériaux de l’Ecole des Mines de Paris, il a fait toute sa carrière chez Safran, où il a fini sa carrière en tant que directeur de l’audit technique à Safran Landing Systems. Il est ancien président de l’Association Française de Mécanique.

13juil.
2018

Mardi 1er octobre 2019
Réunion du Bureau « Septembre » 2019

Mardi 15 octobre 2019
Commission Octobre 2019

Mardi 29 octobre 2019
Réunion du Bureau Octobre 2019

Mardi 12 novembre 2019
Commission Novembre 2019

Mardi 26 novembre 2019
Réunion du Bureau Novembre 2019

Mardi 10 décembre 2019
Commission Décembre 2019

Mardi 17 décembre 2019
Réunion du Bureau Décembre 2019

Mardi 14 et Mercredi 15 janvier 2020
Commission Janvier 2020

Mardi 28 janvier 2020
Réunion du Bureau Janvier 2020

Lundi 10 février 2020
Atelier international CTI 2020

Mardi 11 février 2020
Colloque CTI 2020

Mercredi 12 février 2020
Commission Février 2020

Mardi 25 février 2020
Réunion du Bureau Février 2020

Mardi 10 mars 2020
Commission Mars 2020

Mardi 24 mars 2020
Réunion du Bureau Mars 2020

Mardi 7 et Mercredi 8 avril 2020
Commission Avril 2020

Mardi 28 avril 2020
Réunion du Bureau Avril 2020

Mardi 12 mai 2020
Commission Mai 2020

Mardi 26 mai 2020
Réunion du Bureau Mai 2020

Mardi 9 et Mercredi 10 juin 2020
Commission Juin 2020

Mardi 23 juin 2020
Réunion du Bureau Juin 2020

Mardi 7 juillet 2020
Commission Juillet 2020

Mardi 1 septembre 2020
Réunion du Bureau « Août » 2020

Mardi 15 et Mercredi 16 septembre 2020
Commission Septembre 2020

1/ La Commission a donné des avis et pris des décisions concernant les demandes d’accréditation :

Ecole nationale supérieure des mines de Paris (ENSMP)

Etablissement public sous tutelle du ministère en charge de l’économie et l’industrie
Nom d’usage : Mines ParisTech
Académie : Paris
Site de l’école : Paris
Calendrier accréditation : Vague D

Avis favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Renouvellement de l’accréditation des formations de l’école menant aux titres suivants :

Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris, en formation initiale sous statut d’étudiant
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2019-2020
Accréditation restreinte

Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris, spécialité Énergétique, en convention avec le Conservatoire national des arts et métiers, en partenariat avec l’ISUPFERE, en formation initiale sous statut d’apprenti
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2022-2023
Accréditation maximale

Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris, spécialité Énergétique, en convention avec le Conservatoire national des arts et métiers, en partenariat avec l’ISUPFERE, en formation continue
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2022-2023
Accréditation maximale

Demande complémentaire de la Commission : L’école transmettra à la CTI un rapport intermédiaire attendu pour le 15 mai 2020 relatif au suivi des recommandations formulées pour la spécialité Energétique.

AVIS N° 2018/05-01

.

Ecole des ingénieurs de la ville de Paris (EIVP)

Établissement public sous tutelle de la ville de Paris
Nom d’usage : EIVP
Académie : Paris
Site de l’école : Paris
Calendrier accréditation : Vague D

Avis favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Renouvellement de l’accréditation de la formation de l’école menant au titre suivant :

Ingénieur diplômé de l’Ecole des ingénieurs de la ville de Paris, spécialité Génie urbain, en formation initiale sous statut d’étudiant
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2022-2023
Accréditation maximale

Le label EUR-ACE Master pourra être attribué à ce diplôme, sur demande de l’établissement, pour la période de la rentrée 2018 à la fin de l’année universitaire 2022-2023.

Demande complémentaire de la Commission : L’école transmettra à la CTI un rapport intermédiaire attendu pour le 15 mai 2020 relatif au développement des moyens humains et matériels en lien avec la stratégie.

AVIS N° 2018/05-02

.

Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics (ISBA TP)

Ecole de spécialisation

Établissement consulaire sous tutelle de la Chambre de commerce et d’industrie
Nom d’usage : ISBA TP
Académie : Aix-Marseille
Site de l’école : Marseille
Calendrier accréditation : Vague C

Décision favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Renouvellement de l’accréditation de la formation de l’école menant au titre suivant :

Ingénieur spécialisé en Génie parasismique, diplômé de l’Institut supérieur du bâtiment et des travaux publics, en formation initiale sous statut d’étudiant
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2020-2021
Accréditation maximale

Le label EUR-ACE Master pourra être attribué à ce diplôme, sur demande de l’établissement, pour la période de la rentrée 2018 à la fin de l’année universitaire 2020-2021.

DECISION N° 2018/05-03

.

École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI)

Établissement public sous tutelle de la ville de Paris
Nom d’usage : ESPCI Paris
Académie : Paris
Site de l’école : Paris
Calendrier accréditation : Vague D

Avis favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Renouvellement de l’accréditation de la formation de l’école menant au titre suivant :

Ingénieur diplômé de l’Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, en formation initiale sous statut d’étudiant
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2019-2020
Accréditation restreinte

AVIS N° 2018/05-04

.

École nationale supérieure de chimie de Paris (ENSC Paris)

Etablissement public sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur
Nom d’usage : Chimie ParisTech
Académie : Paris
Site de l’école : Paris
Calendrier accréditation : Vague D

Avis favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Renouvellement de l’accréditation de la formation de l’école menant au titre suivant :

Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale supérieure de chimie de Paris, en formation initiale sous statut d’étudiant
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2022-2023
Accréditation maximale

Demandes complémentaires de la Commission :
* La Commission prononce deux injonctions relatives au règlement des études (semestrialisation, validation, international, stage, formation continue) et à la VAE.
L’école fournira un plan d’actions attendu pour le 15 décembre 2018 pour répondre à ces injonctions.
* L’école établira un rapport intermédiaire attendu pour le 15 mai 2020 relatif au suivi de l’injonction et des recommandations formulées.

Avis favorable de la Commission des titres d’ingénieur

Extension de l’accréditation de la formation de l’école à une nouvelle voie menant au titre suivant :

Ingénieur diplômé de l’Ecole nationale supérieure de chimie de Paris, en formation continue
À compter de la rentrée universitaire 2018
Jusqu’à la fin de l’année universitaire 2022-2023
Accréditation maximale

Le label EUR-ACE Master pourra être attribué à ce diplôme, sur demande de l’établissement, pour la période de la rentrée 2018 à la fin de l’année universitaire 2022-2023.

AVIS N° 2018/05-05

.

2/ La Commission a pris acte de modifications dans le suivi général des habilitations

Université de Marne-la-Vallée (UPEM)
Prise d’acte de la Commission des titres d’ingénieur

À partir du 22 mars 2018, création, au sein de l’université de Marne-la-Vallée, d’un institut interne dénommé : « Ecole supérieure d’ingénieurs de Paris-Est (ESIPE) ». Les titres d’ingénieur accrédités de l’Université de Marne-la-Vallée prennent le nom de « Ingénieur diplômé de l’Ecole supérieure d’ingénieurs de Paris-Est de de l’Université de Marne-la-Vallée »

Université de Marne-la-Vallée (Univ MLV)
Ecole supérieure d’ingénieurs de Paris-Est (ESIPE MLV)

Ecole interne d’un établissement public sous tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur
Nom d’usage : ESIPE MLV
Académie : Créteil
Site de l’école : Marne-la-Vallée